[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Téléchargement fichiers le XIX siècle]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[La société française au XIX siècle]
[Les ouvriers au XIXe siècle]
[La bourgeoisie au XIX siècle]
[Les campagnes au XIX siècle]
[Le XIX siecle les villes]
[La population de la France au XIX siecle]
[Téléchargement fichiers le XIX siècle]
[XIX siècle exercices en ligne]
[Vers la démocratie]
[La revolution industrielle]
[La société française au XIX siècle]
[L'ecole de la République]
[L'empire colonial]
[Les artistes du XIX siecle]
[LE XIX SIECLE CYCLE III]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[Publicité pour les engrais]
[Publicité pour les engrais]
[Encouragement à la modernisation]
[Batteuse à vapeur]
[Moisson 1905]
[la paye des moissonneurs]
[Interieur paysan XIX]
[]
[]
[]
[]
[]
[mairie ecole communale]
[La gare au XIX siècle]
[XIX Village de montagne]
[]
[]
[XIX siècle exercices en ligne]

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Village de montagne

La gare

La mairie et l'école

L’aspect des villages français s’est souvent modifié au dix neuvième siècle. De nouvelles maisons  ont été construites le long des routes et de la voie ferrée ; d’autres maisons ont entouré la nouvelle mairie, la nouvelle gare, la nouvelle poste, puis un peu plus tard la nouvelle école.


  

L'installation du chemin de fer a permis aux régions de se spécialiser dans la culture de certains produits, afin d'éviter la concurrence de pays mieux équipés. Mais il facilite également le départ vers la ville : c'est l'exode rural, qui voit les paysans les plus pauvres quitter la campagne pour aller travailler dans les usines. Mais le chemin de fer favorise aussi l'installation d’industries rurales dont on pourra exporter les produits : sucreries, moulins. 

La construction des routes et des chemins  a permis aux hameaux  et, aux fermes de ne plus être isolés. Ces transformations ne se sont pas produites également dans toutes les régions de France. Les différences sont grandes entre la Bretagne, les régions de montagnes, et les  grandes plaines du Nord ou du Bassin parisien.

Les villages.

Ecouter le texte

Intérieur

 paysan 1860

Cliquer sur l'image

pour l'agrandir

Les moissons

La paye des moissonneurs: L. Lhermitte 1882

Dans les régions plus pauvres, comme la Bretagne, le Massif Central et dans toutes les régions de montagnes en général, le progrès est beaucoup plus lent car les petits paysans, qui disposent de peu de terre, ne peuvent pas acheter un matériel coûteux et délicat. L'exploitation reste familiale et, on continue à produire pour assurer sa propre nourriture. Des améliorations se produisent pourtant, elles se traduisent par une meilleure alimentation.

  

Cliquer sur les images

pour les agrandir

Les agriculteurs.


Les différences sont grandes entre les gros propriétaires et les paysans qui ont peu de terres pour vivre. Dans les régions riches, le nombre d’agriculteur diminue à cause de l'emploi des machines et de l’exode rural. 

Les agriculteurs embauchent des ouvriers, qui se déplacent de ferme en ferme et, qui sont spécialisés dans certains travaux: la moisson, l'arrachage des betteraves ou des pommes de terre; ce sont les saisonniers.

  

Cliquer sur les images

pour les agrandir

Encouragement à la modernisation

Batteuse à vapeur

Publicité pour les engrais

Publicité pour les engrais

Cliquer sur les images

pour les agrandir

Dans les régions les plus riches, dans les plaines qui produisent des céréales, le développement des cultures fourragères, de la pomme de terre, de la betterave à sucre, permet d'éliminer progressivement la jachère, ce temps de repos qu'on accordait à la terre une année sur trois.

On abandonne la faucille, la faux et le fléau ce qui veut dire qu'on a moins besoin de main d'oeuvre.

L'utilisation des machines et des engrais chimiques se répand lentement dans les campagnes. Pourtant, de mieux en mieux informés des techniques nouvelles,  par la diffusion des journaux, les paysans se groupent en coopératives pour acheter des engrais, des semences, des machines et pour vendre leurs produits.


  

Dans les plus grosses fermes, à partir du Seconde Empire, des machines nouvelles, la moissonneuse et la batteuse à vapeur, principalement, bouleversent les anciennes façons de faire.

Le paysan récolte donc plus, produit en particulier davantage d'aliments pour le bétail, luzerne et betterave fourragère.


Partout où le progrès est introduit, les rendements augmentent, ce qui est nécessaire pour nourrir une population plus nombreuse, qui se regroupe de plus en plus dans les villes. Le paysan vend de plus en plus sa production et gagne ainsi davantage d'argent.

  

Cultures et techniques.

A côté des paysans, les artisans et les commerçants du monde rural ont également du mal à vivre. L’artisanat est concurrencé par les produits industriels. De nombreux ruraux quittent la terre et vont en ville en espérant y vivre mieux et trouver un emploi. C’est l’exode rural.

  

Au XIXe, la France est encore un pays très rural. La plus grande partie de la population française vit encore dans les campagnes, mais c'est tout un monde qui change sous la double influence de la révolution industrielle et de la révolution des transports. La petite propriété agricole demeure familiale, les ouvriers agricoles, sans terre, sont nombreux.

Les campagnes au XIX siècle

Scène de battage à la fin du XIX siècle
Batteuse à vapeur.

CLIQUER POUR AGRANDIR
L’IMAGE

Résumé

Questionnaire

Le texte