[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web] []
[]
[]
[]
[]
[La société française au XIX siècle]
[Les ouvriers au XIXe siècle]
[La bourgeoisie au XIX siècle]
[Les campagnes au XIX siècle]
[Le XIX siecle les villes]
[La population de la France au XIX siecle]
[Téléchargement fichiers le XIX siècle]
[XIX siècle exercices en ligne]
[Vers la démocratie]
[La revolution industrielle]
[La société française au XIX siècle]
[L'ecole de la République]
[L'empire colonial]
[Les artistes du XIX siecle]
[LE XIX SIECLE CYCLE III]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[Jean Jaures]
[Jean Jaures]
[Heure de travail]
[Sortie d'usine]
[Logement ouvrier]
[Jeune mineur]
[La forge]
[Le travail des enfants au XIX siècle]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Téléchargement fichiers le XIX siècle]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Jean Jaures]
[]
[]
[]
[XIX siècle exercices en ligne]

Ecouter le texte

Résumé

Questionnaire

Le texte

La grève au Creusot, en 1899.


Ce sont les délaissés, les victimes du progrès industriel. Leur nombre ne fait que croître au fur et à mesure, que les industries se développent. Ils se regroupent pour obtenir de meilleures conditions de travail et de vie. Des partis politiques se préoccupent de leur sort.

  

Forge

Logement ouvrier

Sortie d'usine

Cliquer sur les images

 pour les agrandir

La condition ouvrière.
Pendant la révolution industrielle, une nouvelle catégorie de travailleurs est née : les ouvriers. C'est dans la première moitié du XIXe siècle, que l'ouvrier français connaît le sort le plus pénible, la misère la plus grande.

Dans les villes, les ouvriers se retrouvent dans les logements les plus insalubres où l'eau courante n'existe pas : caves, greniers, chambres minuscules non chauffées. Ils se nourrissent de pain noir, de pommes de terre, de lait et de fromage, la viande est rare.

Le manque d'hygiène, l'insuffisance de nourriture et les conditions de travail provoquent des maladies : la tuberculose, la méningite, mais aussi surtout l'alcoolisme. En cas de chômage ou de maladie, les familles ouvrières tombent dans la misère.

Alors que l'artisan faisait un travail très varié, on ne confie plus à l'ouvrier que des tâches très limitées, qui ne demande que peu de qualification. Chaque fois que l'on peut, on emploie des enfants beaucoup moins payés. Il a fallu une loi, pour interdire de faire travailler les enfants de moins de huit ans.

  

La main d’œuvre inoccupée des campagnes afflue vers les villes, où les besoins sont toujours plus grands. Il faut des mineurs et toujours plus d'ouvriers.

Les salaires sont très bas et permettent à peine de vivre, si bien que tous les membres de la famille doivent travailler, y compris les jeunes enfants. Construites à la hâte, les usines n'offrent aucune sécurité aucune hygiène, si bien que les accidents du travail et les maladies étaient nombreux.

Le patron peut tout exiger. La discipline est sévère et les ouvriers n'ont pas le droit de se plaindre, sous peine d'être renvoyé.  La journée de travail dure de douze heures jusqu'à quinze heures, et la semaine compte six grands jours. Aucun congé annuel, à part quelques fêtes religieuses, chômées et non payées. Les domestiques, 1million en France n'ont aucun moment de liberté.

Cliquer sur les images

 pour les agrandir

Cliquer sur l' image

 pour l'agrandir

Affiche de la CGT en 1895 .

Le syndicat lutte pour améliorer le sort des ouvriers

Ces penseurs socialistes se préoccupent du sort des ouvriers et cherchent à transformer la société. Ils constituent des partis politiques, pour influencer les gouvernements et faire voter des lois en faveur des ouvriers. Ces idées font de grands progrès parmi la classe ouvrière, qui s'organisent de plus en plus, pour imposer des réformes aux patrons.

Même si les salaires sont meilleurs dès la fin du XIXe siècle, le sort de la classe ouvrière reste dominé par la pauvreté et la précarité.

  

La misère des ouvriers explique le développement des idées socialistes, en particulier des idées de Karl Marx, qui oppose les ouvriers, qui n'ont rien que leurs bras pour travailler, aux bourgeois, qui ont tout et qui les exploitent en les faisant travailler à leur profit.

La lutte syndicale et politique
Au cours du XIXe siècle les ouvriers s'organisent pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail et de vie. Ils créent des associations professionnelles pour s'entraider, en cas de chômage ou d'accident du travail.

A partir de 1850, le sort des ouvriers s'améliore un peu.


Les progrès de la législation sociale en France.


1841 : Interdiction du travail des enfants de moins de 8 ans.

1864 : Le droit de grève est toléré.

1874 : Création de l’inspection du travail.

1884 : Liberté de constituer des syndicats. La CGT est constituée en 1895.

1892 : Temps de travail des femmes limité à 11 heures et interdit la nuit.

1898 : Responsabilité du patron en cas d’accident du travail.

1900 : Temps de travail limité à 10 heures.

1907 : loi instaurant le repos hebdomadaire.

1910 : Retraites ouvrières financées par les employés, les employeurs, et l’Etat.

Karl Marx

Les ouvriers

Sortie d'usine
Cliquer sur l' image por l'agrandir.
Jean Jaurès: cliquer.