Téléchargement fichiers le XIX siècle




La société française au XIX siècle
Les ouvriers au XIXe siècle
La bourgeoisie au XIX siècle
Les campagnes au XIX siècle
Le XIX siecle les villes
La population de la France au XIX siecle
Téléchargement fichiers le XIX siècle
XIX siècle exercices en ligne
Vers la démocratie
La revolution industrielle
La société française au XIX siècle
L'ecole de la République
L'empire colonial
Les artistes du XIX siecle
LE XIX SIECLE CYCLE III












Villes au XIX siècle
La rue au XIX siècle
Exode rural
Quartier populaire XIX
Logement ouvrier XIX siècle
Transformation des villes XIX
Les grands boulevards
Paris XIX siecle
Paris XIX

Paris XIX siecle
La société française au XIX siècle
Les ouvriers au XIXe siècle
La bourgeoisie au XIX siècle
Les campagnes au XIX siècle
Le XIX siecle les villes
Paris XIX siecle 01
grands magasins XIX siecle
La population de la France au XIX siecle
Téléchargement fichiers le XIX siècle
XIX siècle exercices en ligne



L'ecole de la République








grands magasins XIX siecle
Paris XIX siecle









XIX siècle exercices en ligne
Correction XIXsiècle inscription

CHAPITRES

Le texte

Téléchargement
SOMMAIRE

Questionnaire

Résumé

ATLAS HISTORIQUE

TEXTES ET DOCUMENTS

Lexique

FRISE CHRONOLOGIQUE

Accueil

Géographie

Sciences

Mathématique

Français

Histoire

Anglais

Les villes au XIX siècle

                Les villes
Au début du dix neuvième siècle, Les villes ressemblaient encore beaucoup, à une ville du Moyen Age, avec ses ruelles très étroites, ses vieilles maisons insalubres, son éclairage quasi inexistant et l'absence d'égouts.

Les eaux usagées étaient jetées sur les pavés.

Au cours du dix neuvième siècle, la population des grandes villes a  augmenté considérablement, grâce à la révolution des transports et de l’industrialisation. Les usines et le commerce ont attiré  une main- d’oeuvre de plus en plus nombreuse, c’est l’exode rural. 

  

Pour faire face, à cet afflux de population, la ville se modernise et s’étend en surface. Les rues sont élargies et, laissent passer la lumière. Les grandes villes sont devenues des centres animés et actifs, avec des gares, des grands magasins, des banques, des usines, des écoles et des lieux de distraction. L’alimentation de la population, est assurée par les halles centrales et redistribuée chez les commerçants.

  

Cliquer sur les images pour les agrandir

CIQUER SUR L' IMAGE POUR L'AGRANDIR

La campagne "monte" à la ville
Dès le milieu du XIXe siècle,
plus de la moitié des Parisiens
ne sont pas nés dans la capitale.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les quartiers populaires

De plus en plus, riches et pauvres habitent des quartiers différents. Des quartiers anciens sont abattus et reconstruits avec des immeubles permettant de loger davantage de citadins. Les populations aisées ont toujours les moyens d’habiter le centre ville, alors que les pauvres sont rejetés  vers les périphéries,  où les loyers sont bon marché. Les banlieues ouvrières se développent le long des routes, des chemins de fer, des voies d’eau, des usines ou des mines. Les nouveaux arrivants s’installent dans des taudis dépourvus de tout confort. Dans ces quartiers, les épidémies se propagent. L'alcoolisme, la prostitution, la criminalité, l'abandon d'enfants et la surmortalité caractérisent la vie de ces quartiers populaires

Cliquer sur les images pour les agrandir

Chassés par la misère, les ruraux émigrent vers les villes, à la recherche d’un travail.


Ils s'entassent dans des logements insalubres, dans le centre des villes, là où les loyers sont les plus bas, dans les immeubles vétustes, dans les mansardes et les caves. Les familles ouvrières logent dans la même pièce, n'ayant que de la paille comme matelas, sans linge, sans mobilier ni vaisselle.

L'absence d'hygiène aggrave la situation.

La transformation des villes
L'accroissement des villes entraîna leur profonde transformation. Pour loger une population plus nombreuse, on construisit des immeubles à la place des maisons dans les centres-villes, et des logements à bas prix à la périphérie, donnant naissance aux banlieues. Entre 1800 et 1914, la population urbaine européenne est multipliée par 7.

Pour faciliter les déplacements dans la ville, on creusa des rues plus larges. On mit en place, des réseaux d’omnibus et de tramways. Des métros furent construits à Paris, Vienne et New York.


Les villes se modernisent, avec la mise en place d’égouts souterrains, de lampadaires à gaz,d'installation de fontaines, d’un réseau d’eau courante, avec la construction de trottoirs, de pissotières publiques, et l’instauration d’un système de dénomination des rues et de numérotation des immeubles.

…    

.

A coté de ces travaux, des quartiers entiers de la ville sont laissés à l’abandon, sans confort et sans hygiène. Les rues restent étroites, obscures la nuit, rarement pavées, avec un caniveau au milieu de la chaussée et bordées d’immeubles insalubres.

Cliquer sur les images pour les agrandir

VOIR: Paris ville moderne

Paris sous le second Empire

Au cours du second Empire, en raison de la prospérité économique que connut la France, Paris se transforma en une véritable capitale moderne.

De vieux quartiers sont rasés, pour créer de larges avenues et construire des immeubles à belles façades de pierre et toit de zinc. Tous ces travaux transforment la capitale en véritable chantier de démolition et de construction.
L’Hygiène et le confort s’améliorent dans la capitale. Sous la rue, les réseaux de canalisation sont rénovés et complétés. Ils distribuent l'eau et le gaz, au pied de chaque immeuble. L’eau potable arrive désormais dans les immeubles et des égouts souterrains évacuent les eaux usées. Le gaz et l’électricité  facilitent la vie quotidienne des familles et permettent un meilleur éclairage des rues.

  

Le préfet de police, Poubelle, oblige les Parisiens à déposer leurs ordures dans des récipients, réservés à cet usage et qui portent désormais son nom.

 Napoléon III charge, Haussmann, le préfet de la Seine, de moderniser la capitale. Les travaux doivent rendre le centre de Paris, fonctionnel, sûr, agréable et, confortable.

La rue doit permettre une meilleure circulation pour les usagers, avec des trottoirs pour les piétons. Ces avenues aboutissent, le plus souvent, à un monument important. Elles doivent aussi  faciliter, la liaison entre les principales gares, les halles et les quartiers commerçants.


  

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

VOIR: Paris ville moderne

Transformation

Quartiers populaires

Urbanisation de Paris

Téléchargement

RETOUR

Les villes

EN LIGNE

VOIR:

Paris

Ville moderne

VOIR:

Les grands magasins

LIENS

La croissance des villes

La transformation de Paris

Les quartiers

Le travail des domestiques

Ecouter le texte

GALERIE DE PORTRAITS

VRAI ou FAUX

Texte à trous

EN LIGNE
CLIQUER

Correction