[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Travail des enfants dans les mines]
[Travail des enfants industrie textile]
[Travail des enfants galibots apprentis mineurs]
[Travail des enfants XIX siècle]
[Travail des enfants usine XIX siècle]
[Le travail des enfants photo]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Correction fichiers XIX siècle]

Imprimer les textes

Victor Hugo
et le travail des enfants

Gravure de Victor Hugo illustrant ce poème

Victor Hugo Mélancholia 1856

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

Ces doux êtres pensifs, que la fièvre maigrit ?

Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?

Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules ;

Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement

Dans la même prison le même mouvement.

Accroupis sous les dents d’une machine sombre,

Monstre hideux qui mâche, on ne sait quoi dans l’ombre,

Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,

Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.

Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue…

  

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 L’évolution des lois concernant le travail des enfants, au XIX siècle

  

Enfants au travail dans une usine textile américaine

 1841 : la loi interdit le travail des enfants de moins de 8 ans et limitation du travail à 12 heures entre 8 et 16 ans.


1851 : Durée du travail limitée à 10 heures au dessous de 14 ans et à 12 heures entre 14 et 16 ans.


1874 : Interdiction du travail des enfants de moins de 13 ans, du travail de nuit pour les filles mineures et pour les garçons de moins de 16 ans. Le repos du dimanche devient obligatoire pour les ouvriers âgés de moins de 16 ans.


1892 : Durée du travail limitée à 10 heures pour les jeunes de moins de 18 ans.

  

En Europe, des lois limitant le travail des enfants et des adolescents sont mises progressivement en place mais elles sont souvent mal appliquées. Seule la scolarité obligatoire met fin au travail des jeunes enfants. Aux Etats-Unis, le travail des enfants augmente pendant tout le XIX siècle.

   Le travail des enfants à l’usine

 « J’ai l’honneur de vous transmettre un rapport de M. l’inspecteur de l’Enseignement primaire, duquel il résulte que sur 23 enfants de 7 à 13 ans qui sont employés à la filature de la Roche, annexe de Montigny-sur-Chiers, 18 sont privés de toute instruction, même de l’instruction religieuse. »

 « … Les parents des enfants ne veulent pas envoyer leurs enfants aux écoles ; ils préfèrent que leur fils, dès l’âge où ils peuvent travailler, leur gagnent quelques sous par jour. La misère est grande dans le ménage. D’ailleurs, ne vaut-il pas mieux les voir occupés à un travail peu fatigant que de les rencontrer continuellement, vagabonds insolents, par les rues du pays ?… »

Témoignage d'une fillette de 11 ans : 1842

" Je travaille au fond de la mine depuis trois ans pour le compte de mon père. Il me faut descendre à la fosse à deux heures du matin et j'en remonte à une ou deux heures de l'après midi. Je me couche à six heures du soir pour être capable de recommencer le lendemain. A l'endroit de la fosse où je travaille, le gisement est en pente raide. Avec mon fardeau, j'ai quatre pentes ou échelles à remonter, avant d'arriver à la galerie principale de la mine. Mon travail c'est de remplir quatre à cinq wagonnets de deux cents kilos chacun. J'ai vingt voyages à faire pour remplir les cinq wagonnets. Quand je n'y arrive pas, je reçois une raclée. Je suis bien contente quand le travail est fini, parce que ça m'éreinte complètement. "

Le travail des enfants dans les mines 1844.
 « Je suis descendu dans la mine à sept ans. Quand j’ai tiré avec la ceinture et la chaîne, ma peau s’est ouverte et j’ai saigné. Si on disait quelque chose, ils nous battaient. J’en ai vu beaucoup à tirer à six ans. Ils devaient le faire ou être battus. Ils ne peuvent pas se redresser quand ils remontent à la surface. »

 Témoignage d’une anglaise travaillant dans une mine 1845.
 « Je ne sais ni lire, ni écrire. Je tire les wagonnets de charbon, 12 heures par jour. J’ai une ceinture autour de la taille, une chaîne qui me passe entre les jambes et j’avance avec les mains et les pieds. La fosse est très humide et l’eau noire passe parfois jusqu’aux cuisses. »

 Les conditions de travail dans les mines 1845.
 « Dans les mines travaillent des enfants de 4, 5, 7 ans. Le transport du charbon et du fer est un travail très dur, car il faut traîner ces matériaux dans d’assez grandes bennes, souvent sur de la terre humide ou dans l’eau, souvent par des passages si étroits que les travailleurs sont obligés d’aller à quatre pattes. »

Textes et documents

Cliquer sur les images pour les agrandir

Enfants travaillant dans un atelier de fabrication de boulons

Enfants travaillant dans une clouterie vers 1880

Les gabilots: apprentis mineurs

Le travail des enfants: fin XIX siècle

Le travail des enfants contesté

Certaines personnes, comme Victor Hugo sont hostiles au travail des enfants. D’autres jugent leur travail indispensable à l’industrie et pensent que la décision de les faire travailler revient aux parents. Peu à peu, une partie de l’opinion se mobilise en Europe contre le travail des enfants

  

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Voir aussi:

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 Les conditions de travail sont très pénibles pour tous. Beaucoup d'enfants font partie d'équipes d'adultes, ils sont soumis aux mêmes horaires et ne sont pas mieux traités. Dans les mines de charbon, la durée de travail est habituellement de onze à douze heures ; elle va jusqu'à quatorze heures et, très fréquemment, on fait une double journée.
  

Ils poussaient des wagonnets remplis de charbon, au risque de se faire écraser quand ils ne pouvaient plus retenir la lourde charge. Ils étaient soumis aux mêmes conditions de travail que des adultes et subissaient les mêmes risques, parfois dès l'âge de six ans.

Les patrons encouragent le travail des enfants, un adulte effectuant le même travail est payé trois à quatre fois plus.Beaucoup de ces travaux sont inadaptés aux forces réelles des enfants et les accidents sont nombreux Les parents, comme leurs salaires ne sont pas suffisants pour vivre, font embaucher leurs enfants par l'usine.

Dans les filatures, l'agilité, la souplesse, la petite taille des enfants sont utilisées pour attacher les fils brisés sous les métiers à tisser en marche, nettoyer les bobines encrassées, ramasser les fils de coton.

Des enfants dans les mines.
Jusque vers 1880, les enfants ont travaillé dans les mines. Leur petite taille leur permettait de se glisser dans les galeries les plus étroites.

Des enfants dans les usines
Dès l'âge de 8 ou 9 ans, les enfants sont employés à des travaux qu'aucune machine ne peut exécuter à cette époque. Leur habilité et leur petite taille sont bien utiles pour certaines tâches

Pendant des siècles, la plupart des enfants de famille modeste ont toujours travaillé dès leur plus jeune âge. A la campagne, dès l’âge de 4 ou 5 ans ils étaient employés aux travaux des champs ou à la garde des animaux, à la ville, ils aidaient leurs parents, le travail se faisait en famille, ils apprenaient le métier. Les enfants étaient aussi placés comme ouvriers dans des fermes ou chez des patrons.

Le travail des enfants au XIX siècle

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Cliquer sur les images pour les agrandir
Cliquer sur les images pour les agrandir
Cliquer sur les images pour les agrandir